Publié le 11 Mars 2017

C'est le portique qui dépose et pose les rails

C'est le portique qui dépose et pose les rails

SNCF réseau a proposé le 28 février 2017 une première visite du chantier de rénovation de la ligne TER entre Landerneau et Quimper. L'occasion de vous informer sur l'avancée du chantier.  

 

Entre Loperhet et Dirinon, le chantier mobile de remplacement de la voie s'active... les rails, les traverses, le ballast seront renouvelés sur 70 kilomètres. Le travail avance au rythme de 1000 mètres par jour environ, et il y en a donc pour jusqu'au mois d'octobre. 

En plus du renouvellement des voies, la modernisation passe par trois étapes : 

- Le tunnel de Neiz-Vran (étanchéité) et le viaduc de Douffine à Pont-de-Buis-lès-Quimerch sont actuellement rénovés.

- Un poste d’aiguillage à Dirinon-Loperhet est construit de février à juin et d’octobre à novembre.

- Enfin, les installations de sécurité seront testées avant la remise en service et la réouverture de la ligne Brest-Quimper (prévue pour décembre 2017).

Pour les usagers qui s'interrogent sur le chantier et leurs déplacements entre Brest et Quimper pendant cette fermeture de ligne,
voici la page que la SNCF consacre à la modernisation de la ligne et aux questions/réponses pratiques.

 

Voir les commentaires

Rédigé par association TER Brest-Quimper

Publié dans #TER Brest-Quimper, #TER Bretagne, #sncf, #infrastructures, #TER, #Pont de Buis les Quimerc'h

Repost 0

Publié le 15 Février 2017

Consultation sur le schéma d'accessibilité des services au public du Finistère

L'amélioration des services au public était le sujet d'une démarche participative menée par le Conseil Départemental du Finistère tout au long de l'année 2016. L'association TER Brest-Quimper a pris part aux débats et réflexions sur l'action. L'heure est venue de valider le schéma.

 

Des rencontres entre les différents acteurs - élus, agents des collectivités, représentants d'usagers - ont permis de formaliser un programme d’actions pragmatique et opérationnel pour améliorer les services au public : mobilité, santé, numérique, publics fragilisés, services du quotidien (comme les commerces de proximité)...

Ces actions pourront être menées dès cette année par tous les partenaires et collectivités engagés.

Le projet de schéma doit être obligatoirement soumis à la consultation des intercommunalités finistériennes, au Conseil régional et à la Conférence territoriale de l’action publique.
Mais comme la démarche était dès le départ participative, la consultation sera plus large et vous êtes donc invités à donner vous aussi votre avis.

Voici le projet de schéma et une synthèse ; vous pouvez transmettre vos remarques avant la fin du mois de mars 2017 à l’adresse territoires@finistere.fr

Des comités consultatifs de Pays seront constitués dès la fin de l’année 2017; ils auront pour mission de suivre la mise en œuvre des actions locales et permettre les échanges. Ces comités seront ouverts à différents acteurs du territoire, ainsi qu’à des citoyen.ne.s volontaires. 

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 18 Janvier 2017

TER Brest-Quimper : pendant les travaux...

À propos des tarifs du car entre Brest et Quimper

Pas toujours facile de s'y retrouver pour les usagers des cars interurbains entre Brest et Quimper, en particulier sur la question du prix des billets. Tout va rentrer dans l'ordre.

Pendant la rénovation de la ligne TER, les trains sont remplacés par des cars affrétés par la SNCF. Mais entre Brest et Quimper, les cars de la Penn ar bed, encore gérés par le Conseil Départemental du Finistère circulent également, notamment au départ des gares (elles sont ferroviaires et routières). Les tarifs entre les deux services vont être harmonisés.

6 ou 10 € ?

Un usager nous a récemment signalé la distorsion de prix entre le voyage SNCF entre Brest et Quimper et celui proposé par la Penn ar bed

« J'ai réservé une place Brest Quimper à la gare SNCF de Quimper en précisant bien l'horaire le vendredi à 16h. Depuis décembre, tous les trajets se font en autocar pour cause de travaux : très bien. J'ai payé 10 euros. Une fois dans le car, mon voisin a payé seulement 6 euros car c'est un autocar du département du Finistère, c'est donc les services et les tarifs du Département. J'ai donc payé 66% plus cher que les gens qui ont pris leur place à la gare routière. »

Harmonisation des prix imminente

Voici la réponse du Conseil Régional, autorité organisatrice des transports interurbains depuis la loi NOTRe, mais pas encore complètement...

« Le Conseil régional de Bretagne ne récupérera la compétence des transports interurbains des départements qu'au 1er septembre 2017.

Il existe depuis plusieurs années un accord tarifaire entre le TER Bretagne et le département du Finistère pour construire une offre complémentaire entre Brest et Quimper. Ainsi nous avons abaissé le coût du TER Bretagne à 10€ alors que le tarif normal est aujourd'hui à 18€. Le billet TER permettait de prendre, si les usagers le souhaitaient) les cars du département (l'inverse n'est pas vrai). Mais cela arrivait peu, les usagers occasionnels prenant prioritairement le train.

Du fait des ralentissement puis des travaux, des cars ont été mis en place pour remplacer les trains. Mais les tarifications continuent de s'appliquer. Cela explique la situation dans laquelle s'est retrouvée la personne qui vous a contacté.


Le Conseil régional de Bretagne a demandé à la SNCF de passer la tarification occasionnelle TER à 6€ pour s'aligner sur le tarif départemental le temps des travaux. Cette modification devrait intervenir prochainement. »

TER Brest-Quimper : pendant les travaux...

À propos de l'avenir du train en Bretagne

La concertation sur les futures liaisons ferroviaires – liaisons nouvelles Ouest Bretagne et Pays-de-Loire (LNOBPL) continue. Le débat public est entré dans sa deuxième phase jusqu'en février 2017.

Le projet LNOBPL concerne les « besoins de mobilité à l’ouest de Nantes et de Rennes, et entre les deux capitales régionales à l’horizon 2030 ». Il est question ici uniquement de déplacements en train, quelles que soient les distances. Donc, même si de fait, on a beaucoup parlé de TGV, la concertation concerne aussi le Train Express Régional.
2030 c'est du moyen terme, penser à plus de 15 ans demande à la fois des efforts d'anticipation et une solide réflexion sur le présent...

Participez au débat

Cette étape complémentaire au débat public doit permettre d'affiner les scénarios d'avenir du ferroviaire breton, avant les études techniques et en vue de l'enquête publique officielle. Elle se traduit par des ateliers thématiques auxquels vous pouvez participer. Il suffit de se rendre sur le site internet du projet et de s'inscrire dans le panel citoyen.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 3 Janvier 2017

En 2017, début et fin

L'association TER Brest-Quimper vous présente ses meilleurs vœux et voit le sien se réaliser en 2017 : les travaux de modernisation de la ligne. Se pose alors la question de l'avenir de notre association. 

Tout d'abord, sachez que vous pouvez suivre les travaux au plus près sur le très fréquenté et très documenté : 

Forum rail en Bretagne 

 

Priorités : service public équitable et structurant

Un rappel : l'association est née pour promouvoir l'amélioration de la ligne, en particulier entre Landerneau et Quimper, et dans un souci de préservation des équilibres du territoire. Le direct Brest-Quimper n'a jamais été notre combat. Selon nous, il fallait plutôt privilégier la desserte des communes intermédiaires pour faire du Train Express Régional un véritable service public, au profit du plus grand nombre, et un outil d'aménagement du territoire.
L'important pour nous c'était :

  1. un plus grand nombre de navettes,
  2. des horaires adaptés aux trajets domicile-travail ou domicile-établissement scolaire
  3. sans oublier les autres usages, y compris touristiques, de loisirs et de toutes sortes pour les non-conducteurs d'automobile. 

Succès ou échecs ? 

Les travaux de modernisation engagés fin décembre 2016 vont permettre la circulation de 9 trains aller/retour quotidiens. C'est mieux que les 6 précédents et c'est donc positif, tout comme les horaires proposés lors d'une enquête numérique en septembre qui nous ont paru adaptés à un trajet domicile-travail ou domicile-études.
Nous aurions cependant souhaité que les travaux soient l'occasion d'une réflexion sur la réouverture d'une (voire plusieurs) halte(s) ferroviaire(s) en particulier au Bot (Irvillac) et pourquoi pas à Hanvec. Cependant, nous n'avons pas été suivis sur ce point et nous le regrettons. 

D'autres combats

Dans le Finistère comme partout en France, la cause du transport ferroviaire doit encore être défendue fortement. Le service se réduit, comme l'a souligné l'action contre la fermeture temporaire de la gare de Châteaulin, remplacée par un simple abri de bus pendant les travaux, sans guichet pour acheter ses billets. La CGT cheminots dénonce par ailleurs la fermeture définitive de la boutique SNCF de Pont-L'Abbé. Vous pouvez signer la pétition ici.
Enfin, si la ligne Quimper-Brest a bel et bien un avenir, entériné par les travaux, ce n'est pas le cas de la liaison ferroviaire Morlaix-Roscoff pour laquelle une autre association se mobilise. 

Appel à repreneur

Une phase se termine, la ligne Brest-Quimper renaîtra dans un an. On peut considérer qu'elle repartira "de zéro" tant elle avait perdu en fréquentation, et perdra encore pendant les travaux puisqu'un car ne saurait remplacer tout à fait un train... Nous sommes cependant persuadés que les Finistériens seront nombreux à préférer le rail quand l'offre de transport sera satisfaisante. Beaucoup nous ont fait part ces dernières années de leur lassitude de la voiture - trop chère, polluante, dangereuse et fatigante - et de leur souhait d'un TER sûr, fiable et confortable. 


Cependant, les membres de notre association estiment avoir "fait leur temps". 

C'est pourquoi nous invitons toute personne volontaire pour  reprendre la présidence de l'association à se manifester. Faute de quoi, l'association TER Brest-Quimper cessera ses activités fin 2017. 

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 10 Décembre 2016

C'est une bonne nouvelle, les travaux de rénovation de la ligne ferroviaire entre Landerneau et Quimper ont lieu de décembre 2016 à décembre 2017. 
Mais pendant les 12 mois de chantier et d'interruption de trafic des trains, la gare de Châteaulin cesse son activité. Un usager proteste avec humour...

Façade de la gare de Châteaulin

Façade de la gare de Châteaulin

Mais quel est ce nouveau panneau sur la façade de la gare de Châteaulin ? 

Ligne routière TER

La flèche pointe vers la droite, voyons un peu...

Bigre, un abri bus très spartiate !

Bigre, un abri bus très spartiate !

Voici donc le nouvel abri dans lequel les usagers attendront les cars de substitution aux TER, pendant les 12 mois de travaux de rénovation de la ligne entre Quimper et Landerneau. 

Pas de banc, peu de protection en cas d'intempérie, pas de toilettes, ni de distributeur de boissons chaudes...

Et où est passé l'agent SNCF ? 

 

Un panneau d'information sur les travaux et leurs conséquences

Un panneau d'information sur les travaux et leurs conséquences

Pour prendre les cars-TER ou la "ligne routière TER" pendant un an, il va falloir être courageux et tenace. 

Dommage aussi pour les usagers qui allaient en gare de Châteaulin acheter des billets de train complexes, avec correspondances, pour voyager plus loin. Ils ne pourront plus profiter des conseils du guichetier pour obtenir de meilleurs tarifs, conseils plus accessibles que ceux du site internet de la SNCF...

Inaugurons donc cette "nouvelle gare de Châteaulin"

Inaugurons donc cette "nouvelle gare de Châteaulin"

Jean-François Oger est un usager fidèle du TER qu'il utilise tous les jours depuis Châteaulin pour aller travailler à Quimper.
Il est aussi facétieux... Il avait déjà mis en location la gare de Châteaulin sur Le Bon Coin pour protester contre la dégradation de l'état de la ligne ferroviaire et du service public.

Ce 10 décembre 2016, juste avant la fermeture de la gare de Châteaulin et le début du chantier de rénovation, il a décidé d'inaugurer symboliquement l'abri. 

Ligne TER Brest-Quimper fermée pour travaux, la gare de Châteaulin aussi...

Et d'autres citoyens sont venus assister à l'événement que soutient l'association TER Brest-Quimper ; mais aucun élu n'est venu récupérer un morceau de ruban, dommage ! 

Voir les commentaires

Rédigé par association TER Brest-Quimper

Publié dans #TER Brest-Quimper, #événements, #Finistère, #sncf

Repost 0

Publié le 19 Juin 2016

Action de l'UDB le long de la voie Brest-Quimper sur la politique régionale du train

Action de l'UDB le long de la voie Brest-Quimper sur la politique régionale du train

Les jeunes de l'Union démocratique bretonne (UDB), marchent le long de la voie ferrée entre Landerneau à Quimper pour expliquer aux citoyens ce que pourrait être une politique ferroviaire 100% "décidée en Bretagne". 

 

L'UDB est un parti politique régional qui milite pour l'autonomie de la Bretagne historique (Nantes et Loire Atlantique inclus). Qui dit autonomie dit décentralisation et gestion complète par la région des grands domaines de la politique, en particulier ceux qui touchent au quotidien des citoyens. Les transports, et singulièrement le train, sont un de ces sujets emblématiques.

Pour faire passer leurs idées sur cette question, les jeunes du parti breton ont donc choisi une action symbolique : une marche de quatre jours (du 17 au 20 juin 2016), le long de la voie du TER Brest-Quimper, plus précisément de Landerneau à Quimper.

C'est le tronçon le plus problématique de la voie ferrée : une voie unique, mal entretenue et peu exploitée, au bord de l'épuisement, mais qui sera enfin rénovée en 2017 après de longues années d'attente. 
C'est la région Bretagne et le département du Finistère qui financeront le gros des travaux alors que les infrastructures sont une compétence de l'État.
Si le déblocage du dossier s'est tant fait attendre, c'est aussi selon l'UDB parce que la décentralisation est incomplète.

Le service public de proximité doit être décidé en proximité, par les citoyens qui votent ici, et pas depuis Paris.

Maël Garrec, jeune militant

On veut expliquer aux gens ce que suppose l'autonomie régionale dans leur quotidien, avec des exemples très concrets comme les transports ferroviaires : du fait de la centralisation, il est plus difficile d'aller de Saint-Brieuc à Lorient en train que de Quimper ou de Brest à Paris.

Maël Garrec

La décentralisation est tronquée. Le fait que l'État (et la SNCF) aient toujours la main sur les infrastructures empêche les élus régionaux de maîtriser les décisions sur le nombre, les horaires ou les tarifs des trains. (…) La Normandie dispose d'une complète autonomie sur le train, y compris sur les rails, pourquoi pas la Bretagne ? 

Naïg Le Gars, ex conseillère régionale UDB

Et la promotion d'un train totalement régional, c'est aussi une question d'écologie, valeur forte de l'UDB.

La Bretagne a été championne des routes avec ses voies express : il est temps qu'elle passe au 21e siècle et fasse sa transition énergétique.
Même des pays très capitalistes comme la Suisse ont des trains performants et des politiques ferroviaires exemplaires, bien plus qu'en France... et ça concerne aussi le fret ferroviaire, le transport des marchandises sur le rail, qui est totalement délaissé dans notre pays. Pourtant, en Bretagne, avec notre industrie agroalimentaire, nous devrions être en pointe. 

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 9 Juin 2016

Le comité de lignes Iroise du 8 juin 2016 à Landerneau

Le comité de lignes Iroise du 8 juin 2016 à Landerneau

Compte-rendu du comité de lignes Iroise du 8 juin 2016 à Landerneau

Enfin, c'est une certitude : les travaux de rénovation de la ligne de TER Landerneau-Quimper vont commencer en décembre 2016. Ils vont durer 12 mois pendant lesquels la circulation des trains sera interrompue ; et la mise en service est donc prévue pour 2017.

 

 

Rénovation de la ligne ferroviaire Landerneau-Quimper

 

La soirée a bien commencé. Les journaux radio de 18 heures ont annoncé la rallonge de l'État accordée à la SNCF pour l'entretien du réseau ferroviaire : 100 millions d'euros supplémentaires en 2017 et la perspective d'une enveloppe de 500 millions d'euros par an d'ici 2020. Pas énorme pour l'ensemble de la France mais bon signe tout de même.

 

74 millions d'euro de travaux

Le comité de lignes Iroise 2016 s'est quant à lui ouvert à 18h30 à la Maison pour tous de Landerneau et Gérard Lahellec, le vice-président du Conseil Régional chargé des transports, a rapidement annoncé la nouvelle : les travaux de rénovation de la voie ferrée entre Landerneau et Quimper sont financés.

L' État a enfin débloqué sa part, ce qui débloque aussi celle de SNCF Réseau (ce sont eux les responsables des infrastructures).

Les deux principaux financeurs s'apprêtent à voter leur financement : le 23 juin 2016 pour le Conseil Départemental du Finistère et en juillet pour le Conseil Régional.

Département et Région ont même accepté l'augmentation de 4 millions d'euros par rapport au budget initialement prévu (70 millions).

 

Un an de fermeture de la ligne

La responsable de SNCF Réseau antenne de Rennes, Sophie Danet, confirme que le chantier commencera en décembre 2016. Il durera 12 mois et s'accompagnera d'une fermeture de la ligne.

La mise en service est prévue pour décembre 2017.

Les travaux portent sur :

  • le confortement de la plateforme de la voie (pour éviter des éboulements),

  • le ripage de certaines courbes,

  • la création d'un point de croisement des trains en vitesse à Dirinon.

 

Les usagers consultés sur les futurs horaires de TER

Au final, on aura donc 9 allers-retours entre Quimper et Brest (les Landerneau-Brest ne sont pas comptés) dont une liaison quotidienne Brest-Nantes sans changement à Quimper, pour 3h20 de trajet.

Entre Landerneau et Quimper, le trajet durera 55 minutes.

Pour les usagers des gares intermédiaires comme Dirinon, Pont-de-Buis et Châteaulin, reste à savoir quels seront les TER qui s'arrêteront dans leurs communes après la rénovation, et à quels horaires.

Le Conseil Régional va proposer par internet du 10 juin au 10 juillet 2016 une consultation sur les futures grilles horaires (septembre 2017) : avis à tous ceux qui souhaitent prendre le train !

Un point presse aura lieu début septembre 2016 pour présenter plus largement le chantier au grand public.

 

 

L'avenir de la ligne Morlaix-Roscoff

 

Autre dossier brûlant du comité de lignes Iroise, la forte dégradation de la ligne Morlaix-Roscoff, sur laquelle la vitesse est réduite à 40 km/heures.

Contrairement à la ligne Quimper-Landerneau, la rénovation éventuelle de cette voie n'est pas prévue dans le contrat de plan État - Région Bretagne 2015 – 2020.

 

"Un contrat de plan, ça se revoit."

 

C'est la phrase clef de Gérard Lahellec qui affirme que la Région soutiendra toute initiative en faveur d'une rénovation de la ligne et qu'il n'y a aucun renoncement de sa part quant à l'avenir de cette liaison TER.

Mais il précise que le Conseil Régional n'a pas la responsabilité des infrastructures, ce n'est donc pas à lui de prendre une initiative en ce sens.

Il invite les cheminots et les usagers présents au comité à se mobiliser et à rencontrer le préfet de Région et SNCF Réseau.

La responsable SNCF Réseau Bretagne, Sophie Danet, ne peut pas communiquer sur les études en cours qui restent pour l'instant confidentielles.

Rappelons au passage que l'association pour la promotion de la ligne Morlaix-Roscoff (APMR) propose une pétition qui sera remise à qui de droit.

 

 

Questions diverses sur le train breton

 

L'essor du train en Bretagne

60 % des usagers des TER bretons sont des abonnés quotidiens.

L'offre de TGV et TER se sera densifiée de 20% entre 2014 et 2017

Bretagne Grande Vitesse : en 2017, quand la ligne à grande vitesse entre Le Mans et Rennes entrera en service, les correspondances dans toute la région seront optimisées et inférieures à 30 minutes.

Toutes les gares et haltes sont ou ont été rénovées.

La loi NOTre de réforme territoriale a entériné le transfert de toute la compétence transport à la Région. Elle gère désormais aussi les transports départementaux par car et la desserte des îles. L'objectif de la Région n'est pas de mettre des cars partout mais bien d'améliorer la complémentarité des modes de transports.

 

L'accessibilité des trains pour tous handicaps

Les représentants de l'association IPIDV (initiatives pour l'inclusion des déficients visuels) soulignent que leurs demandes, notamment d'alertes sonores dans les petits arrêts, n'ont pas été prises en compte. Ils attendent toujours de rencontrer un représentant de la Région sur ce sujet.

La mise en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite se fait progressivement dans les différentes gares. Il reste encore des points noirs comme l'escalier de la gare de Landerneau.

Une usagère souligne que la SNCF restreint excessivement son service d'aide aux voyageurs handicapés. Il faut disposer d'une carte d'invalidité pour bénéficier de ce service ; or, la carte est très longue à obtenir. Elle demande à la SNCF plus d'ouverture sur cette question.

 

La suppression d'un passage à niveau au Relecq-Kerhuon

Une association de riverains aimerait avoir plus de détails sur le projet. Elle entrera en contact direct avec Sophie Danet, de SNCF Réseau. Des études sont en cours.

 

La ligne Brest-Morlaix

En 2017, elle profitera d'un lissage des horaires pour mettre fin aux « creux d'offre » et il y aura davantage d'arrêts à Landivisiau.

La gare de Morlaix en cours de rénovation : pas de parking prévu côté sud.

Un usager souligne le confort et la régularité de la ligne mais il déplore le manque de trains le soir et le week-end.
Gérard Lahellec assure qu'il est conscient que cette question du développement d'un « RER périurbain » autour des métropoles, et d'un service étendu, se pose partout en Bretagne et que la Région y travaille.

 

Les tarifs SNCF

Une usagère regrette la disparition du carnet de 10 tickets à durée de validité illimitée. Caroline Gallon, la directrice SNCF du TER Bretagne explique que ce titre était l'objet d'une fraude trop importante.
Elle présente un nouveau système de tarification « les prix ronds » qui permettra de voyager à tarif réduit à certains horaires et sur certaines liaisons.

 

Le vélo dans les Trains Express Régionaux

Les expérimentations proposées à certains usagers cyclistes du train vont se poursuivre : prêt de vélo électriques pliants, vélo mis à disposition dans les gares, etc.

Le Conseil Régional confirme que le public utilisateur du vélo a changé (moins de sportifs, plus d'usagers du quotidien) et il a aussi constaté que dans les gares où les expériences vélo avaient été menées, le nombre d'abonné avait augmenté parmi les cyclistes.

Reste le problème de l'accessibilité de certaines gares (escaliers) et celui de la place dans les rames aux heures de pointes.

 

Le TGV entre Rennes et le Finistère

Un cheminot souligne que les travaux sur les « zones de préannonce » (zones où le train peut rouler à 220 km/h) qui devaient permettre de rapprocher Brest et Quimper de Rennes se révèlent inutiles.
Ces zones sont en effet trop peu nombreuses pour avoir un impact positif sur le temps de trajet (deux seulement entre Rennes et Quimper, une seule entre Rennes et Brest).

 

Le fret ferroviaire en Finistère

Après la liquidation de Combiwest, qui combinait rail/route pour transporter les légumes du Finistère vers le sud de la France, le fret va pouvoir reprendre dans le département, le 1er juillet 2016, avec un nouveau service fourni par une entreprise adossée à la SNCF.

 

Les pesticides employés pour l'entretien des voies ferrées

Le maire de Dirinon s'est engagé à proscrire les pesticides et herbicides tels que le glyphosate dans sa commune. Or, SNCF Réseau continue à employer de tels produits (ce qui est confirmé par deux cheminots). Ce manque d'exemplarité est jugé contradictoire avec les politiques nationale et locale, et ce malgré une charte environnementale signée par la SNCF.

 

Le patrimoine ferroviaire

Le maire de Dirinon annonce par ailleurs la prochaine démolition de l'ancienne gare de Dirinon. C'est un patrimoine, mais ni la commune ni la région ne sont décideurs en la matière.

 

Les cars Macron

La Région mène une veille permanente sur tous les projets de lignes de cars déposés pour des liaisons de moins de 100 kilomètres auprès de l'Arafer ; elle dépose des recours dès qu'elle estime qu'il peut y avoir concurrence avec le train.

Elle peut aussi faire pression sur ses prestataires privés qui exploitent certaines lignes de train mais font concurrence à d'autres lignes ferroviaires en créant une liaison par car (cas de la CFTA sur Rennes-Saint-Brieuc).

Difficile cependant d'empêcher les contournements de la loi par certains autocaristes qui autorisent leurs passagers à descendre aux arrêts intermédiaires de leur trajet global (donc à  moins de 100 km), alors que c'est théoriquement interdit.

 

Un tram-train de Brest à Landerneau ?

Le tram-train est très coûteux (plus que le train) ; quel en serait vraiment l'avantage ?

Pour Gérard Lahellec, en matière de périurbain brestois, il est plus urgent d'assurer une bonne connexion entre la ville de Brest et l'aéroport.

 

Recommandation de lecture

Un dossier comparatif sur les coûts des trains express régionaux en France et dans d'autres pays européens dans le numéro 3573 de La Vie du Rail.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 29 Mai 2016

Travaux sur la ligne TER Brest-Quimper : ça bouge ?

Les élus du Département nous affirment que le début du chantier de rénovation de la ligne de TER entre Landerneau et Quimper est imminent.

 

L' association TER Brest-Quimper participe depuis quelques années à des instances de concertation lancées par le Conseil Départemental. 
Nous assistons par exemple régulièrement au comité des usagers et non usagers des cars Penn ar bed. Il s'agit pour nous d'assurer la complémentarité entre le service des cars et la desserte ferroviaire.

Cela nous permet aussi de rester en contact avec les élus du Conseil Départemental qui est l'un des financeurs de la rénovation de la ligne de TER. 

Ces contacts sont aussi occasionnels comme le 24 novembre 2015, avec le Vice-Président chargé des transports Didier Le Gac, à l'occasion d'un débat organisé par l'association AE2D (Agir ensemble pour le développement durable) dans le cadre de la COP21, auquel notre association participait également.

 

Un comité consultatif sur l'accès aux services publics dans tout le Finistère

Ce 26 mai 2016, l'association a été conviée par le CD29 au premier comité consultatif du schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public (SDAASP).

Une séance destinée à participer au diagnostic, sur les priorités et les enjeux en matière d’accès aux différents services publics et services aux publics. Plusieurs réunions étaient réparties dans l'ensemble du Finistère, dont une à Loperhet où nous nous sommes rendus.
Après une présentation de l'enquête récemment menée auprès de 1600 habitants du département, les élus, professionnels et représentants d'usagers étaient invités à travailler en ateliers de 7 ou 8 personnes. Chaque groupe devait définir les services qu'il estimait prioritaires et les solutions proposées. 

Les transports sont arrivés en tête des priorités de quatre groupes sur 5 ; les solutions proposées ont porté davantage sur la desserte fine du territoire via le covoiturage, le TAD (Transport à la demande), les navettes par minibus ou la mise à disposition de vélos électriques, que sur le train, mais ce n'est pas étonnant tant le domaine du ferroviaire semble échapper aux territoires concernés.

Cependant, puisque trois conseillers départementaux étaient présents, l'association leur a demandé où en était le futur chantier du TER.

Ils nous ont assuré que la mobilisation des financements avait commencé et que le chantier s'ouvrirait avant la fin 2016. Ce qui laisserait présager une fermeture de la ligne pour travaux en 2017. Affaire à suivre...

 

Voir les commentaires

Rédigé par association TER Brest-Quimper

Repost 0

Publié le 17 Avril 2016

Un nouveau logo pour une association qui s'interroge sur son avenir

Un nouveau logo pour une association qui s'interroge sur son avenir

Le financement des travaux de rénovation de la ligne TER entre Quimper et Landerneau n'est toujours pas bouclé. Or, le chantier est censé commencer fin 2016. Doit-on encore y croire ?

 

Depuis des mois, les rares usagers réguliers du TER Brest-Quimper, mais aussi les usagers potentiels comme ceux de notre association, sans oublier les cheminots, attendent un scénario et surtout un calendrier précis des travaux de rénovation de la ligne. Rappelons que ces travaux auraient dû initialement commencer en 2014 mais qu'une nouvelle inspection de la voie ferrée par RFF (aujourd'hui SNCF Réseau) s'est traduite par un surcoût estimé à 30 millions d'euros. Le Conseil Régional a donc reporté le chantier pour en examiner la nouvelle configuration technique et budgétaire.

La rénovation du tronçon de voie ferrée entre Quimper et Landerneau figure bien cependant au nouveau contrat de plan État-Région et les nouveaux/anciens élus de 2015 nous ont réaffirmé leur volonté de mener à bien le projet.

 

Questions sans réponses

 

Pourtant, nous attendons toujours une confirmation en bonne et due forme des travaux, en particulier :

  • des détails sur leurs modalités, comme la durée d'interruption du trafic,
  • les choix techniques et le service qui en découlera,
  • la date de démarrage.

Comme ces réponses claires se font attendre, on se pose des questions. La ligne se dégrade très fortement, le temps de trajet entre les différentes gares desservies s'allonge et certains agitent le chiffon rouge.

L'un de nos adhérents-usagers de Châteaulin avait, avec un humour teinté de noir, mis la gare de sa commune en vente sur le site le Bon Coin en automne dernier.

 

 

Un acte humoristique pour poser sérieusement la question de la rénovation de notre ligne TER

Un acte humoristique pour poser sérieusement la question de la rénovation de notre ligne TER

La presse a relayé plus récemment les inquiétudes des syndicats de la SNCF et le parti régionaliste UDB (Union Démocratique Bretonne) y a pointé du doigt les responsables.

 

Qu'est-ce qui bloque ? 

Selon l'UDB, les financements régionaux et départementaux (19 millions d'€ par collectivité) sont prêts, mais ce sont SNCF Réseau (18 millions) et l'État qui tardent à concrétiser leurs apports. 

Le préfet de la Région Bretagne, Patrick Strzoda s'est empressé de démentir et de réaffirmer que la rénovation aurait bien lieu, et dans les temps. SNCF Réseau s'est déclarée "optimiste" quant à un financement assuré avant l'été, tout en précisant qu'il y avait bien "un problème de financement en cours de bouclage". 

 

L'État n'est déjà pas très enclin à financer les infrasctructures et les services ferroviaires dans leur ensemble - c'est un euphémisme quand on voit ce qui est arrivé aux trains Intercité. 
Le Finistère est bien loin de Paris, et les échéances électorales nationales approchent, avec des thèmes très éloignés de la question des transports.
Bref, la conjoncture est défavorable. 

Le député du Finistère Richard Ferrand a posé une question au gouvernement sur ce sujet ce 26 avril 2016. La réponse réaffirme l'engagement "ferme" de l'État dans le financement du chantier, mais toujours aucun calendrier précis à l'horizon.

Pour des associations comme la nôtre qui militent pour cette ligne depuis 2008, ces tergiversations sont usantes. Nous ne demandons qu'à croire le préfet de Région et la ministre. Mais l'été, c'est bientôt. 

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 22 Décembre 2015

Bonnes fêtes à tous !

Bien malin qui pourra dire ce que donnera l'année 2016 pour notre ligne de TER.

L'association restera vigilante.

En attendant, passez de bonnes fêtes !

Voir les commentaires

Rédigé par association ASSOTER 29

Repost 0