Modernisation de la ligne TER Brest-Quimper : pas avant 2017

Publié le 11 Avril 2015

Modernisation de la ligne TER Brest-Quimper : pas avant 2017

Le Conseil Régional confirme les travaux de rénovation de la ligne de TER et la modernisation du tronçon Landerneau-Quimper mais pas avant 2017, et le chantier nécessitera l'interruption du trafic.

 

Dialogue direct avec le Conseil Régional

 

L'association TER Brest-Quimper tient à saluer un comité de ligne atypique dans sa forme ce 7 avril 2015 à Landivisiau. Une formule assouplie et plus efficace a permis aux usagers des TER Brest-Morlaix, Morlaix-Roscoff, Landerneau-Brest et Brest-Quimper, d'échanger avec le Conseil Régional qui gère les transports ferroviaires régionaux.

L'avantage c'est que le public a pu profiter d'un véritable dialogue avec le Vice-Président du Conseil Régional chargé des transports Gérard Lahellec. Une question était suivie d'une réponse. Terminée la fameuse « réponse globale » après la série des questions groupées, système qui permettait de ne pas répondre à tout...

Pas de présentation fastidieuse des chiffres et activités des lignes lors de l'année 2014 en ouverture de séance (une demi-heure de gagnée). Une petite brochure distribuée à chaque participant permet de faire le point.

 

Une liaison Quimper-Brest en souffrance

 

Et le point pour notre axe Quimper-Brest est plutôt morose : 146 500 voyages effectués en 2014 soit une baisse de 8 % par rapport à 2013. Seulement 25% des trajets sont le fait d'usagers réguliers abonnés Uzuël. 65% des voyages sont occasionnels. Pas tellement surprenant puisque le service permet difficilement d'assurer un déplacement domicile-travail, qu'il s'agisse du nombre des navettes, de leurs horaires ou de la durée du trajet pour ceux qui voudraient se rendre d'un pôle à l'autre.

Le nombre d'arrêts quotidiens reste très faible à Dirinon (4) et Pont de Buis (8). S'il est de 14 à Châteaulin, c'est parce que des cars complètent le train.

L'axe Quimper-Brest est aussi celui qui a le plus connu d'incidents de service avec une régularité de 92% (contre plus de 96% pour les autres lignes).

 

La modernisation inscrite au contrat de plan Etat-Région

 

Imaginez une vieille dame percluse de problèmes de santé à qui on dit que, oui, on pourra l'opérer et la remettre en forme, mais seulement dans...deux ans. En attendant, elle va continuer à souffrir et s'étioler. C'est un peu ce qui arrive à notre ligne. Le vieillissement de la voie ferrée entre Quimper et Landerneau apparaît d'autant plus criant que le matériel roulant est flambant neuf. Les nouvelles rames de TER Regio 2 N sont entrées en service cette année. Le Conseil Régional en est content et envisage à terme d'en acheter 10 autres pour l'ensemble du réseau breton.

Point rassurant, le nouveau contrat de plan État-Région 2015-2020 attribue 70 millions d'euros à la modernisation de la ligne, celle du tronçon Landerneau-Quimper. C'est près d'un quart des 267 millions de l'enveloppe globale allouée aux transports dans ce contrat de plan. (Ndlr : les autres grands postes de dépense seront la suite du passage en voie express de la RN 164 et la modernisation de la gare de Morlaix).

Il y aura donc bien travaux de rénovation sur la ligne de TER Brest-Quimper.

 

Rénovation a minima du tronçon Landerneau-Quimper

 

Cependant, les travaux qui auront lieu ne sont pas ceux que prévoyait l'enquête publique menée en 2012. Le projet de relier Quimper et Brest en moins d'une heure en train direct, et de proposer 12 navettes aller/retour par jour aurait coûté 90 millions d'€ d'après SNCF Réseau. L'ex RFF (Réseau Ferré de France) a annoncé un surcoût de 30 millions d'euros par rapport au budget prévu, en raison de la fragilité de la plate-forme sur laquelle reposent les voies.

Du coup, la rénovation est revue à la baisse : priorité au renforcement de la plate-forme mais au détriment des autres travaux qui permettaient d'augmenter un peu la vitesse ou le nombre de trains. Il n'y aura qu'un point de croisement au lieu des deux prévus initialement. Le nombre de navettes entre Brest et Quimper sera de 9 par jour au lieu de 6 actuellement.

Par ailleurs, la plate-forme sera renforcée mais pas question de l'élargir dans l'hypothèse d'un passage un jour à deux voies ferrées. On reste sur une voie unique entre Landerneau et Quimper.

 

 

SNCF Réseau absent du débat

 

Au passage, on regrettera l'absence de SNCF-Réseau à ce comité de ligne. L'ex RFF a été interpellé à plusieurs reprises par les participants et personne n'a pu répondre aux questions ou remarques. Une remarque notamment : comment se fait-il que le Conseil Régional ait dû dépenser 5 millions d'euros pour des études sur la rénovation de la ligne ? Était-ce vraiment nécessaire ?

 

 

Pas de halte supplémentaire

 

Le chantier de modernisation aura lieu (si tout va bien) en 2017. Ce qui fait tout de même un retard de 3 ans puisque l'enquête publique les annonçait pour mars 2014.

Et ce chantier nécessitera l'interruption du trafic ferroviaire pendant plusieurs mois. Le Conseil Régional assure que ce sera la seule fermeture temporaire de ligne et que si d'autres travaux de rénovation doivent avoir lieu ensuite, ils se feront sans interruption de trafic. On veut bien le croire...

Comme les TER n'iront pas plus vite et que l'objectif n'est plus la liaison rapide entre Brest et Quimper, la ligne rénovée assurera logiquement un service de cabotage. L'association peut espérer que sa demande sera satisfaite : que toutes les gares intermédiaires soient desservies par tous les trains et qu'elles bénéficient donc de navettes supplémentaires.

Mais quid de la création d'une halte supplémentaire entre Irvillac et Daoulas ? Ce ne serait pas incohérent puisque l'objectif n'est plus d'aller vite. Mais ce n'est pas à l'ordre du jour. Une occasion manquée...

 

 

Moins de grande vitesse mais pas de meilleurs trains quotidiens


 

Au fil des échanges de ce Comité de Ligne Iroise, qu'on évoque la ligne Brest-Quimper ou Morlaix-Brest, Morlaix-Roscoff, Landerneau-Brest, le débat ressurgit : pourquoi la Région Bretagne semble-t-elle toujours privilégier le TGV au détriment du TER ? À quand la priorité aux trains du quotidien, pour les trajets domicile-travail ?

Réponse de Gérard Lahellec : le TGV que défend le Conseil Régional est un TGV « pour tous » qui assure en fait aussi des missions de proximité. En témoignent les arrêts du TGV Rennes-Quimper dans des gares comme Quimperlé ou Rosporden qui seront maintenus même après la mise en service de la ligne à grande vitesse Rennes-Paris en 2017. Le Conseil Régional reconnaît donc vouloir « dévoyer » le TGV.

Son intention est aussi d'assurer le maintien d'un service ferroviaire de qualité, susceptible d'intéresser les opérateurs privés quand aura lieu l'ouverture à la concurrence du transport des passagers, en 2019.

À noter tout de même, depuis le débat sur l'avenir du ferroviaire en Bretagne et Pays de Loire (projet LNOBPL), une évolution semble se dessiner : le Conseil Régional cesse d'évoquer l'objectif des 3 heures de TGV pour relier Paris à la pointe bretonne (Quimper et Brest). Le projet est sans doute bien trop cher (plusieurs milliards d'euros pour quelques minutes de temps gagné). On salue ce retour à la raison. L'ennui c'est que le budget qui échappe au TGV ne sera pas transféré vers les lignes ferroviaires dites « secondaires ». Il s'agit tout simplement de réduire les dépenses publiques. En période de crise, on coupe aussi dans les dépenses de transport et de mobilité durable.


 

Les cars vont-ils concurrencer les trains ?

La question est récurrente depuis l'adoption de la loi Macron qui libéralise le transport par autocar : que vont devenir les lignes ferroviaires de proximité et le réseau ferré secondaire ? Sont-ils menacés par cette concurrence privée ? Gérard Lahellec ne le pense pas.

Le Vice-Président du Conseil Régional évoque aussi le transfert de la compétence transports du Conseil Départemental au Conseil Régional. C'est prévu par la future réforme territoriale mais ce n'est pas encore acté. Si la Région récupère la compétence de gestion des transports par car, ce sera compliqué en raison du volet transport scolaire. L'organisation de la desserte des collèges implique une réflexion approfondie sur le service de proximité et la concurrence éventuelle entre autocars et trains.

Cependant, le fait d'avoir une seule autorité organisatrice des transports permettra sans doute plus de cohérence entre les deux modes de déplacement.

 

Liens

Association TER Brest-Quimper

http://assoter29.over-blog.com/


Conseil Régional de Bretagne

http://www.bretagne.bzh/


SNCF

http://www.sncf.com/


SNCF-RÉSEAU

http://www.rff.fr/fr


Débat sur l'avenir du ferroviaire en Bretagne

http://lnobpl.debatpublic.fr/

http://assoter29.over-blog.com/2014/09/debat-public-sur-le-train-en-bretagne-pays-de-loire.html


Associations

http://www.fnaut.fr/

http://www.fnaut.fr/nous-contacter/associations-locales/109-bretagne

 

Repost 0
Commenter cet article

Yann-Fanch OGER 21/10/2015 14:03

Lettre ouverte aux candidats aux élections régionales
" les oubliés du transport régional de voyageurs"
Je me fais ici le porte parole des usagers des Trains Express Régionaux avec abonnement travail au départ de Châteaulin : les oubliés, pour ne pas dire les "damnés" de ce service public qui n'a d'Express que le nom.
Je prends le TER depuis 2004 au départ de Châteaulin pour me rendre sur mon lieu de travail en direction de Landerneau ou de Quimper.
Au fil des années, j'ai vu le service se dégrader :
- Des horaires du matin et du soir qui ne correspondent pas aux besoins des salariés : un 1er car avec une arrivée à Quimper à 7 h il nous faut attendre 8h 40 pour le 2ème train ???
- Une dégradation très importante des voies qui oblige les conducteurs a réduire la vitesse à 80 ou même 60 KM/H au lieu des 110 KM/H (qui était la normalité il y a quelques années) avec fatalement un allongement des durées de parcours..
- Le remplacement du train du matin et du soir par un car : dégradation du confort et de la sécurité pour une même tarification !!!
"Quand on veut noyer son chien, on dit qu'il a la rage" c'est le dicton le plus employé le matin et le soir par mes compagnons de galère !!!( ainsi que par les cheminots confrontés tous les jours à la grogne des usagers et qui ne peuvent plus justifier l'aberration du système)
Nous avons tous l'impression que cette dégradation et glissement du service est organisée d'une manière insidieuse mais systématique par les décideurs.
Qu'elle société actuellement peut se permettre de dégrader de manière importante son service client, surtout quand il s'agit d'un service public au population qui permet de désenclaver des villes comme Châteaulin, Pont de Buis et Landerneau. Toute société cherche à développer et faire croitre son activité : les usagers UZUËL représente seulement 25 % des trajets, l'objectif de la SNCF et de la Région Bretagne devrait donc être d'accroitre les liaisons et de permettre ainsi a des salariés ( ouvrier et employés) aux revenus modestes de se rendre sur leur lieu de travail à coût réduit ( Ex un abonnement mensuel Châteaulin/ Quimper pour 68,40 € soit 34,20€ après prise en charge par l'employeur).
La lecture du budget primitif du transport adopter en décembre 2014 par l'actuel président Massiot, montre que la liaison Brest Quimper n'est plus une priorité de la région et que les travaux à minima vont continuer. La priorité est porté sur les lignes à grande vitesse, je vois Brest et Quimper comme des terminus sans liaison cohérente et fiable entre ses deux villes.
Il vrai que lors des échanges avec des élus de l'actuelle majorité, la ligne du parti est bien d'opposer la souplesse et le "soi disant" faible coût du car avec le train ! La loi "Macron" est passée par là, même si elle devait pas mettre en concurrence le car et le train, la réalité du terrain est toute autre!.
Notre groupe se réduit de semaine en semaine, je vous exprime mon exaspération après qu'un de mes compagnons de galère m'a expliqué qu'il allait acheter une 2ème voiture, il craquait épuisé par des horaires aberrants et des vexations organisées comme la décision de remettre en place des trains le matin et soir pendant les congés d'été pour retrouver notre car dès la rentrée !!! cela à été la goutte d'eau qui en fait craquer quelque uns!
Dans cette période de réflexion sur la transition énergétique, la COP21 avec la circulation du train climat, j'ai beaucoup de mal à comprendre la politique de la région qui sur notre territoire concrètement augmente ainsi le flux sur notre RN165 qui est déjà bondée le matin et soir par des véhicules occupés par une personne seule.
Nous avons tous envoyé des lettres de réclamation au service client du TER, qui nous a bien expliqué prendre note de nos réclamations mais que l'offre de transport est définie par la région Bretagne et qu'il transmettait nos réclamations au conseil Régional.... sans réponse depuis !!
Dans cette période électorale, je vous demande donc qu'elles seront vos propositions de développement de ce service public primordial pour un développement économique, égalitaire et social sur l'ensemble du territoire.
Je vous encourage à rencontrer et à échanger avec ses usagers en désespérance, je serais présent lors des réunions publiques afin de vous interroger à ce sujet .
Cordialement
Jean-Fanch

Asso 22/10/2015 11:16

Merci pour cette participation ! Nous comprenons totalement ce que vous dites...et nous relaierons dès que possible cette lettre

LARQUET 04/05/2015 22:48

Oui en effet mais qui est décisionnaire dans le cadre de l'entretien de cette voie de 1869?
La SNCF, Infra réseau remplaçant RFF?

Larquet 28/04/2015 17:42

Ah oui pour les cars c'est déjà le cas, pour de nombreuses desserte entre Brest et Quimper.

Larquet 28/04/2015 17:39

Bonjour ayant entretenu cette ligne pendant + de 20 ans comme agent d'entretien voie SNCF je connait bien le dossier, les ralentissement mis en place sont intolérable, en effet il suffirait de mettre peut de moyen pour retrouver une ligne à 120 km/h. c'est franchement scandaleux.

LECOEUR 28/11/2016 21:20

Bonjour
Intéressant votre remarque sur l"peu de moyens".
Pourrirez vous nous en dire plus ? Concrètement quels travaux et sur quelles portions ( longueurs ?) où ? Quels gains de temps sur ces portions ?
Quel coûts ?
Votre remarque est importante et en cette période de rigueur elle permettrait peut-être d'employer l'argent à meilleur escient.
Merci d'avance !

Asso 03/05/2015 21:59

Oui mais apparemment "peu de moyens" c'est déjà trop... merci pour votre commentaire !