Rénovation de la ligne TER Brest-Quimper : dossier bloqué

Publié le 17 Avril 2016

Un nouveau logo pour une association qui s'interroge sur son avenir

Un nouveau logo pour une association qui s'interroge sur son avenir

Le financement des travaux de rénovation de la ligne TER entre Quimper et Landerneau n'est toujours pas bouclé. Or, le chantier est censé commencer fin 2016. Doit-on encore y croire ?

 

Depuis des mois, les rares usagers réguliers du TER Brest-Quimper, mais aussi les usagers potentiels comme ceux de notre association, sans oublier les cheminots, attendent un scénario et surtout un calendrier précis des travaux de rénovation de la ligne. Rappelons que ces travaux auraient dû initialement commencer en 2014 mais qu'une nouvelle inspection de la voie ferrée par RFF (aujourd'hui SNCF Réseau) s'est traduite par un surcoût estimé à 30 millions d'euros. Le Conseil Régional a donc reporté le chantier pour en examiner la nouvelle configuration technique et budgétaire.

La rénovation du tronçon de voie ferrée entre Quimper et Landerneau figure bien cependant au nouveau contrat de plan État-Région et les nouveaux/anciens élus de 2015 nous ont réaffirmé leur volonté de mener à bien le projet.

 

Questions sans réponses

 

Pourtant, nous attendons toujours une confirmation en bonne et due forme des travaux, en particulier :

  • des détails sur leurs modalités, comme la durée d'interruption du trafic,
  • les choix techniques et le service qui en découlera,
  • la date de démarrage.

Comme ces réponses claires se font attendre, on se pose des questions. La ligne se dégrade très fortement, le temps de trajet entre les différentes gares desservies s'allonge et certains agitent le chiffon rouge.

L'un de nos adhérents-usagers de Châteaulin avait, avec un humour teinté de noir, mis la gare de sa commune en vente sur le site le Bon Coin en automne dernier.

 

 

Un acte humoristique pour poser sérieusement la question de la rénovation de notre ligne TER

Un acte humoristique pour poser sérieusement la question de la rénovation de notre ligne TER

La presse a relayé plus récemment les inquiétudes des syndicats de la SNCF et le parti régionaliste UDB (Union Démocratique Bretonne) y a pointé du doigt les responsables.

 

Qu'est-ce qui bloque ? 

Selon l'UDB, les financements régionaux et départementaux (19 millions d'€ par collectivité) sont prêts, mais ce sont SNCF Réseau (18 millions) et l'État qui tardent à concrétiser leurs apports. 

Le préfet de la Région Bretagne, Patrick Strzoda s'est empressé de démentir et de réaffirmer que la rénovation aurait bien lieu, et dans les temps. SNCF Réseau s'est déclarée "optimiste" quant à un financement assuré avant l'été, tout en précisant qu'il y avait bien "un problème de financement en cours de bouclage". 

 

L'État n'est déjà pas très enclin à financer les infrasctructures et les services ferroviaires dans leur ensemble - c'est un euphémisme quand on voit ce qui est arrivé aux trains Intercité. 
Le Finistère est bien loin de Paris, et les échéances électorales nationales approchent, avec des thèmes très éloignés de la question des transports.
Bref, la conjoncture est défavorable. 

Le député du Finistère Richard Ferrand a posé une question au gouvernement sur ce sujet ce 26 avril 2016. La réponse réaffirme l'engagement "ferme" de l'État dans le financement du chantier, mais toujours aucun calendrier précis à l'horizon.

Pour des associations comme la nôtre qui militent pour cette ligne depuis 2008, ces tergiversations sont usantes. Nous ne demandons qu'à croire le préfet de Région et la ministre. Mais l'été, c'est bientôt. 

Repost 0
Commenter cet article